Le changement civilisationnel est en cours depuis 3 minutes

01 avril 2015 09:22
Horloge
Chapô

Et si on faisait un petit voyage dans le temps ?

 

Il y a 7 000 ans, dans une région de la Mésopotamie nommée Sumer, l’actuel Irak, était inventée l’écriture. La conscience humaine se matérialise pour la première fois sur un support matériel.

S’en suivent les premières grandes civilisations : c’est l’apparition des premiers Etats avec leur administration complexe, des premières sociétés urbaines, mais aussi l’apparition des sciences dans des domaines comme l’agriculture, la construction, la métallurgie, etc. Avec l’écriture, c’est le début de l’histoire : les empires égyptiens, la civilisation grecque, puis romaine, et tout ce que vous connaissez…

Ramenons maintenant le temps qui nous sépare de l’invention de l’écriture, il y a 7 000 ans, à une durée de 24h. A 00h01 donc, l’écriture est inventée. Et 24 heures plus tard, à 23h59, il y a nous. 
Passons maintenant de 00h01 à 22h05 environ. Durant cette période l’écriture existe, mais la diffusion des connaissances ne concerne qu’un tout petit nombre : ceux qui savent lire et écrire.   

A 22h05 donc, nous sommes en 1455 (6 500 ans après l’invention de l’écriture) : Gutenberg invente l’imprimerie. Grâce à cette invention, les connaissances peuvent se diffuser plus facilement, sans intermédiaire. Nous connaissons les nombreuses conséquences de cette invention. Prenons-en quelques exemples : 
> On redécouvre les philosophes antiques, et c’est la Renaissance…
> La bible est accessible sans passer par les moines copistes et c’est le protestantisme et les guerres de religion… 
> La diffusion toujours plus grande des connaissances conduit aux siècles des Lumières, aux révolutions françaises et anglaises, et à la déclaration des droits de l’homme.

En somme, le meilleur mais aussi le pire.

Il faut attendre le milieu du 19ème siècle (23h30 environ) pour voir une troisième invention révolutionnaire : la rotative, qui permet une impression de masse. Les journaux sont nés. Une étape est franchie : la connaissance peut se diffuser au plus grand nombre. 
Entre 23h30 et 23h55, les canaux de diffusion se multiplient, et l’accès à la connaissance devient de plus en plus facile. C’est ce que Marshall McLuhan résume en une seule phrase : le médium est le message. 
Ainsi, c’est d’abord le télégraphe, puis viennent le téléphone, la radiodiffusion et enfin la télévision. 
En 1912, on compte 1 français sur 183 équipé de téléphone. Il est 23h40.
En 1940, l’appel du 18 juin est radiodiffusé en France même s’il est assez peu entendu. Il est 23h45. 
En 1953, le couronnement d’Elizabeth II est suivi en direct par 20 millions de personnes au Royaume-Uni. Il est 23h48.

Tout cela pour dire qu’entre 23h30 et 23h55, l’information devient accessible à tous, ou presque. Mais elle émane toujours d’un nombre très réduit d’ « émetteurs ».

La fin de l’esclavage, la démocratie au suffrage universel, l’idée de welfare state, de solidarité, le totalitarisme, le nazisme, le communisme et le capitalisme, la mondialisation et enfin l’écologie sont nés (et parfois morts) entre 23h15 et 23h55. 
A 23h55, se passe un évènement majeur : la naissance au CERN du Web. Nous sommes en 1989. 
Il manque 3 minutes et 20 secondes avant minuit quand arrive Google, un moteur de recherche permettant de trouver ce que l’on cherche dans l’infosphère.
En janvier 2007 : Steve Jobs présente le 1er iPhone, il est 23h59. A cette date, il y avait 100 millions de sites web. Il y en a plus d’un milliard aujourd’hui, c'est-à-dire 10 fois plus et ce, une seule minute plus tard.

Depuis 3 minutes, chacun peut produire de la connaissance pour tous, et accéder à la connaissance de tous, partout. Mais alors, qu’est-ce que nous réserve la prochaine demi-heure ?

Ce petit voyage dans le temps démontre que nous sommes à l’aube d’une révolution. En fait, elle a sûrement déjà commencé, il nous manque juste un certain recul historique pour le comprendre.
Antonio Gramsci, grand intellectuel communiste italien, écrivait : « La crise consiste justement dans le fait que l'ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés ». Les crises en cours, qu’elles soient économiques, sociales, écologiques ou démocratiques, en sont le reflet.

Nul ne peut prédire avec certitude ce qu’il adviendra ni dans l’heure, ni dans la demi-heure qui vient. La réponse dépend de notre capacité, à tous, d’agir pour que le nouveau puisse naître.

Étiquettes

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.

E-mail filtré

  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or, if JavaScript is enabled, replaced with a spam resistent clickable link. Email addresses will get the default web form unless specified. If replacement text (a persons name) is required a webform is also required. Separate each part with the "|" pipe symbol. Replace spaces in names with "_".