Comment prendre en compte les effets du changement climatique dans la gestion de la ressource en eau ?

31 mars 2021 13:35
La Vienne à Aixe sur Vienne
Chapô

Pour répondre à cette question, le syndicat d’aménagement du bassin de la Vienne (SABV) a demandé à Auxilia d’organiser une large concertation avec ses parties prenantes. Et quand il s’agit d’une ressource aussi vitale que l’eau, les enjeux sont majeurs, la pluralité des acteurs impressionnante, et les antagonismes marqués. Retour sur une démarche passionnante. 

Une baisse de 20 % à 50 %. C’est l’effet prévu du changement climatique sur les débits des cours d’eau en Nouvelle-Aquitaine. Un chiffre, parmi beaucoup d’autres, qui aide à comprendre à quel point la ressource en eau sera affectée dans les années à venir. Or, cette ressource est vitale pour les vivants (humains et non-humains) et pour les acteurs économiques (agriculteurs, activités industrielles ou touristiques, producteurs d’hydroélectricité) . Rares sont les activités dont les pratiques n’influencent pas la qualité de l’eau ou les milieux aquatiques, et aucune ne peut se dire indépendante de cette ressource.  C’est pourquoi le SABV, dans l’exercice de sa compétence (gestion des milieux aquatiques et à la prévention des inondations), met en œuvre une stratégie d’adaptation au changement climatique, de façon à identifier, anticiper et prévenir les risques que le changement climatique fait peser sur cette ressource. 

Un diagnostic partagé et mis en débat 

Après avoir identifié les effets du changement climatique sur la ressource en eau et les milieux dans le bassin de la Vienne, Auxilia a mené des entretiens avec une vingtaine d’acteurs du territoire (collectivités locales, représentants des acteurs économiques et du monde agricole, acteurs de la biodiversité et de la protection de l’environnement, chercheurs, ONF, services de l’Etat…) pour révéler les enjeux saillants pour la collectivité. Ont alors émergé 8 enjeux majeurs touchant aux pratiques agricoles, à la gestion des forêts, aux ouvrages hydrauliques, à la reconquête des zones humides ou encore à la gestion des très nombreux étangs (plus de 12000) présents sur le territoire. 

 

Dans une seconde phase, nous avons organisé une mise en débat de ces enjeux avec les acteurs du territoire. Cette démarche a permis, d’une part, de partager les connaissances les plus récentes sur les effets du changement climatique. D’autre part, elle a permis aux élus du Syndicat d’entendre les positions des différents acteurs, de mieux comprendre leurs enjeux et de pouvoir les questionner sur leurs attentes. L’objectif de cette concertation était de garantir que les élus du SABV disposent des informations nécessaires pour pouvoir exercer leur rôle : décider, dans l’incertitude et la complexité, en faisant prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers. 

Un outil innovant : le jeu sérieux "Eau 2070” 

Bien que les enjeux soient clivants, le SABV a assumé d’organiser les débats sans éluder les questions sensibles : effacement de certains étangs, évolution des pratiques agricoles, déclassement de certains ouvrages hydrauliques qui nuisent à la qualité de l’eau ou à la biodiversité, tout a été mis sur la table et débattu. L’animation proposée a permis de rendre les échanges constructifs, chacun ayant pu s’exprimer et ayant écouté l’autre. Pour que cela soit possible, Auxilia a notamment développé un jeu sérieux "Eau 2070, qui a aidé les participants des ateliers à prendre – temporairement - la place des élus et à définir des stratégies permettant de réduire les risques qui pèsent sur l’eau potable, les activités économiques, les activités agricoles ou encore la biodiversité. 

Auxilia - Le Jeu sérieux Eaux 2070
Le jeu sérieux "Eaux 2070"

Ce jeu vous intéresse ? N’hésitez pas à nous contacter : amelie.pillet@auxilia-conseil.com

l’issue de 3 journées de travail aussi denses que fécondes, le SABV a pu identifier et approfondir, avec les acteurs intéressés, une dizaine d’actions particulièrement structurantes. L’adoption de pratiques agricoles moins consommatrices en eau, la restauration de la ripisylve, ou encore la reconquête des zones humides ont fait l’objet de discussion et d’arbitrage lors des temps de travail. Celles-ci viendront compléter un plan d’actions stratégique qui sera voté prochainement par les élus et présenté ensuite aux participants des ateliers.  

 

Étiquettes